le blog illustre

jeudi, juillet 17 2014

Fooders glamour

Chef__copie_2.jpgAussi comme j'ai compris que certaines de mes lectrices n'étaient pas insensibles aux mecs que je dessine, je vous en montre deux!

Baguette_bien_cuite_copie.jpg

Vous noterez ainsi qu'un tablier ou uniforme de travail, sur un mec musclé ou poilu, ça le fait.

Je vous retrouve à la rentrée!

Commentaires 6

jeudi, juin 19 2014

Le maillot Seagale!

Seagale_2.jpg

Odilon est fier de vous présenter, non ses tatouages, mais son nouveau maillot, un Seagale. Et oui. 

Cette jeune marque a mis au point un maillot (un seul modèle pour l'instant) confort et technique. En clair, c'est un maillot sans l'affreux filet qui gratte et qui irrite mais avec à la place un boxer intégré dans une matière incroyablement douce. Il a plein d'autres attraits que je vous laisse découvrir ici. Bref, c'est le coup de coeur satisfaction de la saison.

vendredi, mai 30 2014

Look de printemps #4

Isabelle_.jpg

visuels_Isabelles_560.jpg

Deux Isabelle nous ré-interprètent deux classiques du style "grand-mère kitsch": 

L'édredon matelassé en satin rose pour Isabel Marant Étoile et le sac à provisions en filet pour Isabelle Bourne   IB&B.

La première a eu la bonne idée de matelasser du satin de coton et d'en faire un top porté à la cool, manches retroussées. Rajoutez les claquettes inspirées de Birkenstock au cuir matelassé lui aussi et au confort de dingue, et vous voilà une fashionista stylée mais cool.

L'autre Isabelle, c'est Isabelle Bourne. Moins connue du grand public, elle a longtemps fait partie du sérail envié des éminences grises de la mode. Isabelle a lancé il y a quelques années une ligne de sacs IB&B  que l'on peut shopper chez l'Éclaireur à Paris, chez Browns à Londres, United Arrows à Tokyo, Barneys à New-York, bref dans tous les endroits chics. Ici son sac filet de mamie en cuir tressé mais avec bandoulière sport. Top stylé.

Je n'oublie pas de mentionner mon autre dernier coup de coeur: la jupe de Gat Rimon pour La Redoute. Une tuerie. (mieux que sur mon dessin en fait, plus fuselée). Je l'avais repérée à la réception du catalogue puis oubliée. Récemment je retombe dessus et la commande illico. Elle est parfaite. (si ce n'est que la doublure a tendance à dépasser lorsqu'on s'assied). Du coup, avec elle, j'ai l'impression d'être: 1/ Darryl Hannah dans Splash  2/ Françoise Dorléac dans les Demoiselles de Rochefort lorsque Gene kelly lui dit "Mademoiselle, votre combinaison dépasse". 

 Autre chose: Mathilde/Froggista de l'Express Style m'a demandé de l'aider à changer l'identité visuelle de son blog. Pour me remercier, elle m'a fait l'honneur d'étrenner son nouveau format "dans la valise de". Je me suis bien amusée à y répondre. C'est ici.

Commentaires 22

mercredi, mai 7 2014

Minute Mec et Mécanique

Vespa_2_copie.jpg

visuels_Vespa_2.jpg

Tenue frenchie et printanière pour Serge-Eric 26 ans. Un sweater culte et un pantalon feu de plancher le tout chez BWGH (Brooklyn We Go Hard), la jolie marque française au vestiaire urbain cool/chic pour mecs mais que les filles s'arrachent. Sneakers de type skate en nubuck Lanvin et Vespa 180 Rally, un bijou de 1968, que Serge-Eric a customisé tel un Amédée Gordini.

Serge-Eric, de plus, sera l'invité de la Mostra fotografica de Vintimiglia/Dolceacqua pour une expo sur la Vespa au mois de juillet. On en reparle.

Commentaires 15

lundi, avril 28 2014

Chic mais cool

White.jpg

L'engouement pour la basket blanche n'est pas prêt de s'arrêter. Isabel Marant persiste et signe SA basket blanche pour sa pré-collection Automne Hiver 2014. Avouez (pour celles qui détestent l'idée d'avoir de gros pieds blancs), que sur ces visuels, sur jambes nues et halées, frileusement enroulée dans un gros manteau, ça a du chien.

Plus haut ma sélection de celles qui tiennent la route et là les liens vers leurs sites: Veja, Common Project et National Standard.

I.Marant.jpg

Commentaires 20

mardi, avril 15 2014

Rire de la mode

Defile_des_Vanites_copie.jpgInterlude littéraire

Christophine, consultante auprès de marques de prêt-à-porter mainstream, en dépit d'une allure hautaine et résolument fashion, aime se moquer d'elle même et de ses co-fashion-religionnaires.  Elle a emporté pour un de ses nombreux voyages professionnels le livre de Cécile Sépulchre "Le défilé des Vanités" aux éditions Balland. 

(manteau Marni - pull et sac Acne - pantalon Alexander Wang - sneakers Veja - valise Sansonite)

-Vous ambitionnez de faire carrière dans la mode?

-Vous ne voulez surtout plus travailler dans la mode?

-Le milieu de la presse de mode vous fait fantasmer?

-Vous venez d'être licenciée du magazine dans lequel vous travaillez au motif: "trop vieille, pas assez punchy"?

-La vanité est pour vous le spectacle le plus réjouissant à observer?  

Alors ce livre est fait pour vous.

Drôle, un peu polémiste, pas aussi léger que l'on pourrait penser à première vue, bien documenté, l'auteur, pour ceux qui l'ignorent, a été rédactrice en chef de L'Officiel... Plus branché que Le Diable s'habille en Prada, les personnages sont plus fouillés, plus attachants et surtout plus réalistes. Il est sorti depuis un moment, beaucoup en ont parlé mais je n'avais pas encore pris le temps de le lire. Ce livre est un régal. 

Et cerise sur la gâteau, c'est la talentueuse  Aurore de La Morinerie qui illustre la couverture. L'ebook vient juste de sortir d'où pour une fois un sujet d'actu brûlant sur ce blog que j'ai hélas délaissé un peu trop longtemps.

Balibulle_560.jpgMarie-Jacquette, femme de convictions modesques, collectionneuse de lunettes excentriques, a dévoré l'opus de Charlotte Moreau (aka Balibulle) "Anti guide de la mode" aux éditions J'ai lu"

(manteau et lunettes chinés à Tokyo, sac Carven, chaussettes Marni, sandales Prada)

Le livre de Balibulle lui, effleure les professionnels de la mode pour se moquer plutôt de nos comportements "shopping-conso-girly" dans l'exercice le plus difficile qui soit: faire rire à chaque phrase. Bon, je sais, j'en parle après tout le monde. Il est sorti depuis un bon moment et nombre d'entre-vous l'ont déjà lu. Mais, admirative du blog de Balibulle et dans un élan de solidarité blogosphérial, je tenais à marquer le coup.

Ce sera tout pour aujourd'hui. De retour à ma planche à dessins et mon ordi, je devrais aborder la question existentielle "quel outfit élégant et ergonomique pour le printemps?" dans les plus brefs délais.

lundi, mars 24 2014

DDessin (14)

in14DDessin_2014_copie.jpg

Cette semaine est la semaine du dessin à Paris. Je serai chez DDessin

Rendez-vous sur place et sur mon Instagram pour la suite des événements!

mardi, mars 18 2014

Illustrations now!


ootd_copie.jpg

J'ai la fierté de vous annoncer que mon travail sera présenté au Salon du dessin contemporain DDessin 2014 qui se tiendra à Paris du 28 au 30 mars à l'Atelier Richelieu. Cette année, un corner de 4 illustrateurs de presse et de mode sera présenté. Mes filles stylées vont donc quitter l'écran pour du papier le temps d'un week-end parisien. Présenté ici un extrait de "#ootd" dessin sur papier Ingres, feutres, encre de Chine, stylo Bille et crayon de couleur.

illustration_now__copie.jpg

Maya, étudiante aux Arts déco de Paris, section "illustration de mode", néo punk girly et tatouée, nous présente "Illustration Now!" LE livre qu'il faut avoir si on aime l'illustration ou qu'on projette d'en faire son métier. (Tshirt Markus Lupfer)

Enfin un livre qui actualise le "marché actuel" des illustrateurs de mode. La presque totalité des illustrateurs de mode marquants d'aujourd'hui, et dans le monde entier, y est présentée. C'est un régal. 

Lorsque j'ai commencé ce blog, je ne pensais pas faire de l'illustration. Les dessins que je gribouillais ne servaient qu' à illustrer mes propos. D'ailleurs, je ne connaissais que Gruau, Carlotta, Soledad, Mats Gustafsson et François Berthoud et m'intéressais très peu à ce métier.

Puis, à la suite de demandes de plus en plus nombreuses, j'ai perfectionné mes dessins tout en ne voulant quand même pas trop regarder ce qui se faisait ailleurs afin de ne pas être influencée et me forger un style personnel. Aussi quelle ne fut pas ma surprise (la fille naïve!) lorsque j'ai découvert il y a 2 ans environ qu'il y avait en fait pas mal d'illustrateurs qui avaient un genre pictural proche du mien (visages au trait, couleurs sur les vêtements, proportions du corps et traits du visage réalistes). En fait, on ne peut échapper à son époque.

L'illustration de mode aujourd'hui est riche et créative. Dans "Illustration Now!", on peut regrouper les "familles": les peintres, les aquarellistes, ceux qui esquissent et disent tout en deux coups de pinceau... Les intellos, les caricaturistes, les minimalistes, les stakhanovistes du dessin méticuleux... Ceux qui font des collages, ceux qui font des tâches, ceux qui font des dessins hyper propres à l'ordi..

Très peu de ringards. Le niveau est excellent. 90 illustrateurs sont présentés. Du lourd.

"Illustration Now!" de Julius Wiedemann aux Éditions Taschen.

lundi, mars 3 2014

Les filles qui se la pètent #2

CDG-Hardy.jpg

visuels_filles_qui_se_la_petent_copie.jpg

Marie-Odile est acheteuse/tête chercheuse pour un célèbre magasin londonien. C'est sa tenue vestimentaire et non sa façon d'être qui, en maintenant ses distances avec la plèbe, la hisse au rang envié des filles qui se la pètent. Étant forcément au bon endroit, au bon moment, son dressing est plein de pièces rares, androgynes ou cérébrales qui sentent bon la radicalité stylistique. Notez son manteau CDG qui lui permet toujours d'avoir une table dans les restos branchés (là ou vous et moi aurions juste un "c'est complet" condescendant). Notez également son sac, le dernier né de Pierre Hardy, et ses lunettes, fruit d'une collaboration improbable entre Oliver Peoples et Robert Evans (le producteur de Rosemary's baby qui emballait sec les starlettes avec ses lunettes de playboy). Les mitaines aussi, indispensables pour se la péter avec des bagues conceptuelles.

Notez que vous pouvez vous procurer plus facilement ses mitaines en cachemire dans la Dandy Box pour femme, et ses Stan Smith revenues du diable vauvert et dispo maintenant un peu partout. C'est toujours ça de gagné.

Manteau Comme des Garçons - Pull Esk - Cardigan Margaret Howell- Lunettes Oliver Peoples - Pantalon Acne - Mitaines Poncho Gallery - Sac Pierre Hardy -Baskets Stan Smith - Bague MMM.

Burberry.jpg

Francine a un genre que j'affectionne particulièrement: celui des filles qui se la pètent en dépit d'un physique de mémère. À 53 ans, Francine prend toujours des poses de conquérante blasée. Elle a, malgré un faible pouvoir d'achat, un vestiaire élégant aux accents désuets dont elle semble ignorer le potentiel fashion. Où a-t-elle trouvé son manteau qui fait Miu Miu ? Elle sait pas, elle sait plus, elle s'en fout. Ses lunettes de membre du KGB? Celles de son père qu'il avait peu porté. Malgré son dos vouté, sa taille râblée et son bob de pluie mis n'importe comment, elle impose à la manière d'une Jeanne Moreau ou d' une excentrique britannique. 

Chapeau de pluie Burberry (quand même) - Gants de conduite Monoprix - Chaussures vernies Boden (là où se fournit Cécile Duflot!)

mercredi, février 19 2014

Les filles qui se la pètent

chewing-gum_copie.jpg

visuels_malabar.jpg

Les filles -à l'allure royale ou cool- provoquant envie, jalousie, défiance ou mépris -mais à qui on rêve toutes, secrètement, de ressembler- se devaient de faire partie des icônes de style de ce blog dévolu aux filles qui, question style, en ont sous le capot. 

Bertine s'adonna très tôt à l'art de la mâche attitude et compris vite combien cela lui conférait une aura de fille cool. Le chewing-gum devint alors son meilleur compagnon. Remarqué à son Grand Oral de Sciences Po Paris, remarqué à l'enterrement de Tante Jacqueline, remarqué au dîner de la F&A de la Trevor's Company. Lorsqu'elle est à cours de munitions, elle met au réfrigérateur son chewing gum mâché pour le reprendre le lendemain.  

Cette particularité associée à une façon de se tenir singulière (ou requérant une grande souplesse) a rendu cette fille énervante inspirante qu'un rien habille désormais. Top en crêpe tricolore MSGM, pantalon JOSEPH à tomber, escarpins PROENZA SCHOULER à tomber également, le tout hyper soldés chez MODE-B. Je dis ça , je dis rien.

First_Lady_copie.jpg

visuels_First_Lady.jpg

Élise n'y va pas de main morte non plus. Son style: chic/caustique/ravageur. Son signe particulier: ne se brosse jamais les cheveux. Si on ajoute à ces détails, une mine hautaine, on obtient une fille qui se la pète, comme on les aime. Aujourd'hui, dans un élan de magnanimité propre à celles qui ont réussi, Élise nous montre comment on peut s'habiller swag facilement et sans dépenser une fortune. Cela ne vous aura pas échappé, elle porte le célèbre sweat First Lady du collectif girlshaveperiods dont elle ne pouvait qu'adouber l'esprit mutin. 

Manteau en faux léopard Zara largement soldé, sweatshirt Girlshaveperiods, jupe ASOS, bracelet Jennifer Fisher x StopItRightNow chez Barneys NY, escarpins Proenza Schouler.

(à suivre)

Commentaires 25