Accro de la Mode

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Isabel Marant

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, septembre 13 2012

Le dictionnaire impertinent de la mode

Dico_copie.jpg

Stanislassia,  ensemblière de cinéma est plongée dans la lecture du Dictionnaire impertinent de la mode de Sylvie Barbier. (vernis à ongles Essie, escarpins western d'Isabel Marant, luminaire de Lindsey Adelman)

Dico_2_copie.jpg

Marie-Hortense se régale elle aussi de la prose mouillée d'acide de Sylvie. (T-shirt Olympia Le Tan, culotte Ten Undies, bague fantaisie indienne à la façon des maharadjas, poudre illuminatrice Chanel et ombre crème longue tenue de Bobbi Brown). Non, Marie-Hortense n'est pas alcoolique, elle est dans sa salle de bains et met ses huiles de bain dans des carafes à whisky anciennes. Marie-Hortense est étudiante en management mode et est une vintage addict, voilà pourquoi.

Mais revenons à ce dictionnaire: j'ai le plaisir de vous annoncer la sortie de ce livre car j'ai l'honneur d'en être l'illustratrice. Son auteur, Sylvie Barbier est journaliste et a été rédactrice en chef de Marie-Claire et Biba. Depuis elle s'est tournée vers l'écriture et l'observation de la société féminine. Elle est l'auteur du fameux "la bimbo est l'avenir de la femme"chez Denoël. Le ton était donné. Les éditions François Bourin ont donc tout naturellement fait appel à elle pour leur collection de dictionnaires impertinents. Puis pour les illustrations, c'est Sophie, une amie commune, qui lui a parlé de moi. 

Ce livre est une vraie mine de renseignements pour celles qui s'intéressent à ce qui est tour à tour: une industrie, un milieu, un art, un panier de crabes. De Abercrombie à Zara, de Acne à Wintour, des Ados au Web 2.0  (presque) tout l'univers excitant de la mode est représenté.  Et comme quand on aime, on châtie bien, la plume de Sylvie est souvent vacharde.

Une vingtaine d'illustrations ponctuent les chapitres. Initialement prévues à peine plus grosses que des vignettes d'un bon Larousse, l'équipe de François Bourin, devant la précision, au sac Kelly près, de visuels consacrés à la mode les ont agrandis. On peut ainsi identifier la bouteille de vernis OPI et la parka best seller de Maje du premier coup d'oeil.

À votre avis, à la lettre B comme blogueuse, qui ai-je illustré?

lundi, mars 19 2012

Spécial montres: what's hot?

 Hot_watch__copie.jpg

Zoom_montre_I.M._copie.jpg(Montre Isabel Marant par JEM - sac Ports 1961)

Le succès rencontré par la montre d'Isabel Marant présentée à son show room lors de la fashion week, remet sur la sellette un genre de montres pour femme controversé: la montre en or. Oubliée la peur du bling bling, la montre en or se porte maintenant sobre ou vintage, avec humilité, entourée de bracelets d'amitiés en fil DMC ou en vichy fabriqués parfois par ses propres enfants. La montre d'Isabel Marant est un vrai objet de désir. Isabel s'est inspirée de la montre de son père, a utilisé, via JEM, de l'or éthique provenant de mines éco-responsables d'Amérique Latine, a un mouvement suisse... Elle n'a qu'un défaut: il s'agit d'une série limitée ... à 50 exemplaires. 

Cette montre remet sur la tapis cette envie de montre bijou qu'évoquait Géraldine ici, et qui a commencé, en ce qui me concerne, en voyant le film que le Selby avait fait pour Zara et montrant Lucy Chadwick au volant de sa voiture. 

"Un poignet fin entouré d'une montre en or" écrit Isabel Marant dans le communiqué de presse de JEM. C'est vraiment ce que l'on désire en ce moment. 

Lucy_Chadwick.jpg

zoom_montres_2_copie.jpg

Trois grands écarts dans le genre, montre en or ou dorée: à gauche, la montre Solaris de Marc Newson, chic et design. Au milieu: une vieille Pasha de Cartier pour homme belle comme un hublot de scaphandrier et à droite, la preuve qu'on peut trouver des pépites chez les marques ringardes classiques, une petite MATY à 79 € qui se défend drôlement bien.

zoom_montres_6.jpg

La fameuse LIP Lingo du général de Gaulle automatique, toujours éditée. Puis pour celles qui ne veulent surtout pas d'or, le bracelet en maille milanaise en acier, tellement chic et beau sur un poignet de femme qu'il devient bijou. Ici sur la célèbre Portofino de IWC. La montre-bracelet de Balenciaga est à retenir également.

Mais pour celles qui ne veulent pas de montre-bijou, il y a bien d'autres façons de lire l'heure. 

L'avantage pour nous les filles, c'est que la montre ne représente pas un statut social comme pour les hommes. Nous pouvons porter une montre chère puis le jour suivant une fantaisie en plastique sans crainte d'être jugée. Tourbillon? Mouvement perpétuel? un truc de mec, et on a bien assez de sacs pour ce qui est du statut social. Les marques? La plus grande fantaisie est acceptée là où les hommes jurent qu'au grand jamais ils n'iront se fournir chez un couturier mais chez un horloger suisse.

Zoom_montres_3_copie.jpg

La montre dessinée par un designer, c'est le parfait équilibre. Souvent un prix accessible et une gueule folle. De gauche à droite, les montres de la fameuse marque de Marc Newson IKEPOD, puis les montres BRAUN, ou comment porter le génie du designer des rasoirs de papa: Dieter Rams. Suit la montre 300 series de Uniform Wares, puis l'indémodable Fridge de Roger Tallon pour LIP crée en 1974.

Et pour finir, la montre "toy" est encore de mise pour l'été prochain. Les copies ou héritières de la ToyWatch américaine, n'ont pas fini d'orner nos poignets. On en veut encore et dans toutes les couleurs.

zoom_montres_5_copie.jpgLa Nixon au joli design, la O'clock qui rappelle la Kelton des années 70 et la Ice Watch à la politique commerciale efficace, présente partout, dans toutes les tailles et à la gamme aussi vaste qu'un nuancier Pantone.