le blog illustre

TENDANCES

lundi, juin 29 2015

Les nouveaux maillots à arme secrète

bikini_jaune_560.jpg

Stéphanie 32 ans et son nouveau maillot, celui qui possède la nouvelle fibre Lycra Xtra Life, la fibre qui résiste à L'eau chlorée, l'huile solaire et les températures extrêmes. Maillot Simone Pérèle. Solaires Armani.

Du nouveau dans le maillot. Mais pas dans la forme, dans le fond. La fibre Lycra Xtra Life présente sur le marché depuis 3 ans, arrive petit à petit dans nos armoires. C'est long, mais c'est ainsi. Une nouvelle fibre doit gagner les faveurs des fabricants de tissus, pour être testée sur des échantillons, puis pour être proposée aux stylistes ou acheteurs. Le dernier barrage, ce sont les acheteurs des magasins pour être enfin à nous.

Vous oubliez souvent de rincer systématiquement votre maillot après la piscine? Vous êtes la spécialiste du bikini oublié sur la plage arrière de la voiture garée en plein soleil?  Cette fibre est faite pour vous. 

En France, ce sont les marques Banana Moon et Simone Pérèle qui sont les pionnières (repérez l'étiquette au logo de Lycra Xtra Life le nom de la fibre ou bien "Lycra Sensitive" le nom du tissu tricoté avec cette fibre). 

On oublie trop souvent l'importance du fil dans la mode et combien la qualité d'un tissu dépend surtout de la bonne qualité de sa fibre. Cela vaut le coup d'en parler. 

À voir également: les maillots de la marque "Les Ultraviolettes" qui sont réalisés dans une matière qui protège des U.V. (UPF50+)

P.S. Je profite du sujet maillot pour vous parler du joli site de vente de lingerie Miroir de muses. Ce site aux allures de boudoir a un an. Margot, sa fondatrice est aussi charmante (et super jolie) que sa sélection de lingerie et de maillots. J'ai l'honneur de faire partie de ses invitées. C'est ici 

Commentaires 15

mardi, avril 28 2015

Sophie Fontanel

Fonelle_Time_copie.jpg

Le fait que Sophie Fontanel quitte le magazine ELLE valait bien un billet dans ce blog dévoué corps et âme à la mode. C'est un mail de la même Sophie me disant qu'elle aimait le sweat de Damart, qui m'a donné envie de mettre l'accent sur le parcours atypique de cette journaliste/écrivain. 

Sophie Fontanel est un cas à part dans la presse française. Elle est la seule à avoir décuplé sa notoriété en passant du print au Net. Elle est une des rares journalistes (et peut-être même la seule) à avoir instauré un lien fort avec ses lecteurs et à être devenue une icône auprès des blogueuses de mode, "la reine-mère des blogueuses francophones" dixit le Révérencieux.  

Sophie Fontanel était déjà populaire grâce à "Fonelle", personnage attachant et un peu zinzin qui égayait chaque semaine les pages de ELLE. Elle montrait déjà qu'elle est une fille de son temps en campant son héroïne dans un genre épistolaire nouveau: le mail. Puis l'arrivée des blogs de mode et son cortège de filles branchées éveillèrent sa curiosité au point qu'elle fut la première à copiner avec les blogueuses. Attitude ô combien audacieuse, vous l'admettrez, dans un milieu codifié (celui de LA MODE) où, en gros, on ne mélange pas les serviettes et les torchons. Reniflant le potentiel dynamique des blogs et l'énergie créatrice qu'ils procurent,  Sophie ouvrit le sien "la vraie vie de Fonelle" et surtout commença à dialoguer avec son public, répondant elle même aux commentaires, allant lire les blogs de ses lectrices... Un carton. Un style naquit

Nous découvrîmes un ton: de l'esprit, de l'humour, de la créativité, une grosse culture de mode distillée avec bienveillance et surtout... une plume. Nous connaissions déjà Fontanel écrivain mais sur le net, la plume de Fontanel prit un autre aspect, plus vif et "interactif" forcément. Du coup les lectrices rivalisèrent d'esprit dans leurs commentaires et s'auto-proclamèrent "la horde de Fonelle". Quelques années après, toujours à la page, Sophie se rajouta un compte Instagram encore plus fou dans un français/anglais à l'arrache vers lequel convergent désormais les anglo-saxons épris de french style. 

L'annonce de son départ de ELLE et son dernier billet sur le Daily ELLE laissèrent désemparée la horde. Mais pas très longtemps.  La journaliste facétieuse ayant plus d'un tour dans son ordi, fit à nouveau preuve de modernité en créant cette fois une newsletter : Fonelle Time! Une newsletter qui décoiffe bien sûr. Faites lui confiance. Et, sur le papier, Sophie intègre la prestigieuse écurie de l'OBS comme chroniqueuse mode hebdomadaire. 

Cette capacité à se donner de nouveaux challenges et à s' inventer à chaque fois un nouvel univers est un modèle. Pour ma part, je m'extasie, en plus, devant cette fille qui sait trouver les mots pour expliquer pourquoi c'est important d'aimer les belles matières et les vêtements pimpants sans tomber dans les pièges de la consommation.  

À voir également son interview chez la piquante Isis de Paname!!!

jeudi, novembre 27 2014

La presse hype

Holiday_X_LaContrie__560.jpg

visuels_La_ContrieXHoliday_.jpg

Pull et pull-écharpe Christophe Lemaire - jupe A.P.C. - sac La Contrie X Holiday - solaires Tom Ford - chaussures Adidas Superstar - sweat-shirt sur l'eshop de Holiday

Les années 2000 ont vu l'essor d'un genre que j'affectionne particulièrement et que l'on surnomme, dans les milieux autorisés, le hard to find magazine. En clair: le magazine de mode hyper pointu, indépendant, et publié en anglais pour une seule diffusion internationale. 

Ce type de magazine est devenu au fil des années un produit hype au même titre qu'une marque de vêtements courue. Véritables concentrés de chic et laboratoires d'idées, ils fédèrent un public fervent et averti et ont lancé toute une générations de stylistes, de photographes et de directeurs artistiques. Les ancêtres notoires (des années 80): The Face, i-D, Jill... Ceux qui ont fait les années 90 et donné le "la": Dazed&Confused, Wallpaper, Self Service... Puis Tank, (le premier mook), Numero, Another et tant d'autres... Certains formés par une bande de copains photographes et stylistes, d'autres par un studio de graphistes, initialement dans le but de montrer leur travail. 

Depuis, ils sont légion et ornent les étagères des concept-stores. En général vite épuisés dès leur sortie, introuvables ailleurs que dans les grandes capitales, leurs acquéreurs suscitent l'envie. Certains, à la diffusion confidentielle, comme Candy en Espagne, sont rapportés de voyage comme de précieux trésors. 

C'est dans ce contexte que l'élégant Holiday, un magazine américain diffusé de 1946 à 1977, renaquit de ses cendres au printemps dernier à Paris. C'est le très chic Atelier Franck Durand qui a relevé le gant pour un résultat à la hauteur de nos espérances. Même format que l'original, mêmes thématiques, même esprit. Marc Beaugé est le rédacteur en chef et Franck Durand le directeur artistique. 

Cerise sur le gâteau, comme le magazine Monocle, Holiday propose sur son site un eshop où l'on peut se procurer, outre le magazine, des produits estampillés du nom du mag à la typo mi-preppy mi-moderniste. 

Mais c'est sa première collaboration qui attire l'attention. Holiday a choisi la maison La Contrie (dont j'avais parlé ici). La Contrie réalise des sacs luxueux et rigoureusement fabriqués. Ici, le sac est en toile et cuir. 

Joséphine, sur l'illustration plus haut, l'a tout de suite adopté. Il réveille sa jupe en flanelle grise qui en d'autres temps aurait fait "religieuse en civil" et fait écho par son allure sport vintage à ses baskets à bandes du fameux bleu "années 70".

lundi, octobre 27 2014

La bio aventurière

Bio_aventuriers__.jpg

Non, Charlotte n'est pas une festivalière revenant d'un Rock en Seine. Elle est cueilleuse pour un laboratoire pharmaceutique spécialisé en phytothérapie. Son style de vie (et donc son allure vestimentaire) qui en découle est un fait de société involontairement glamour: Privilégiant une vie saine hors de la ville, elle opta en fait, après son Master 2 en BioVIGPA, pour une pauvreté assumée.

Ses journées: parcourir les landes bretonnes à la recherche de graminées et plantes diverses. Ses loisirs: entretenir son potager et retaper sa maisonnette avec son fiancé, lui garde forestier.  Leurs concessions: un ordinateur portable, un abonnement Orange/EDF et un Kangoo d'occase. Pas de téléphone portable, pas de machine à laver, pas de télé, pas de détergents...  

Ses vêtements: de la seconde main qui ne doit pas excéder 15€ pièce. Un jean Carrefour gris, une chemise Kiabi en polyester/coton, une vieille marinière Armor Lux, un vieux sweat shirt découpé, rapiécé, tagué, souvenir de son périple étudiant aux USA. Seul luxe: des bottes Aigle, une paire de Way Farer et un bon sécateur, cadeaux de ses parents. Son sac de cueillette est fait par un copain cordonnier avec de la toile militaire de récupération et des vieilles ceintures. 

Ainsi troussée, notre cueilleuse ravirait n'importe quel photographe street styler égaré en campagne. 

Commentaires 20

mercredi, novembre 20 2013

Le charme fou de l'excentricité britannique

House_of_Hackney_copie.jpg

Clara est une jusqu'au-boutiste du style. Elle a décidé de tapisser un pan de mur de son studio de 20 m2 du même motif que son sweat-shirt. 

Si c'est possible.

Cette attitude, qui fait très aristo-anglais-un-peu-zinzin, est possible désormais à portée de clic. C'est l'excellente maison House of Hackney qui propose vaisselle, papier peint, vêtements et mobilier coordonnés, histoire de se pâmer d'aise dans son intérieur et d'épater la galerie. (merci Domino pour l'info!)

Ce gimmick du vêtement qui se fond dans le décor, est depuis que la photographie de mode existe, un thème prisé lors des shooting mode. Se l'approprier dans la vraie vie est une autre histoire. En faire son image de marque comme House of Hackney le propose -même si elle est dans l'air du temps- inspire le respect. 

Tila_March_copie.jpg

Pour ceux que l'imprimé fleuri et désuet indispose, il y a celui qui rallie le plus de monde: le motif géométrique 70. Prada l'avait exhumé pour le printemps-été 1996. Un tabac. Tamara Taichman, figure du ELLE français, a réussi un coup de maître: utiliser les motifs sublimes de David Hicks pour habiller les sacs de sa marque Tila March. La collection inaugurée au printemps 2012 est désormais un classique et collector de la marque. Ici et ici.

Dis, Tamara, tu nous fais les chaussures aussi?

Et puisqu'on parle d'imprimés 70', la nouvelle de la mort soudaine d'Alex Calderwood vient de tomber. L'inventeur des ACE HÔTELS savait parfaitement mettre en valeur les tissus désuets et les rendre follement désirables. RIP. 

Et pour finir, Laetitia du blog clic clac hop ( le blog des pro du marketing mode)m'a fait l'honneur de m'interviewer. C'est ici. Merci Laeti! 

vendredi, novembre 8 2013

Logos corporate

Jayne_Min.jpg

Le faux Tshirt corporate de Mc Donald mis en scène par The Hundreds et porté par la très inspirante et talentueuse Jayne Min du blog stop it right now.

La_Plagne_2.jpg

Le logo de la station La Plagne remastérisé et vu notamment sur Jak & Jil

La facilité que l'on a désormais de faire imprimer le logo que l'on souhaite, sur ce qu'on veut, dans ce type de commerce fait le bonheur des admirateurs du logo bien fait. Toléré par les marques lorsque leur image n'est pas mise en danger, c'est un autre regard que celles-ci porte sur leur "corporate branding". Car dans les deux cas illustrés, ce n'est bien sûr pas l'image du produit qui est célébré mais bel et bien la structure du logo. Ici, mon Tshirt perso. .

Commentaires 17

jeudi, mai 30 2013

Tropical Sunset et paysages

S._Webster__copie.jpg

Mathilde se la pète avec ses longues jambes et ses sandales "coucher de soleil kitch" dont elles aurait dit "bêêrk" en les voyant il y a seulement 2 ans.

(Sandales Sophia Webster chez Net-A-Porter - Chaises de Hee Welling chez Hay.dk)

Lire la suite...

vendredi, septembre 23 2011

Onglerie

vernis_a_ongles_copie.jpg

visuels_2.jpg

Avez-vous remarqué les nouveaux ongles? En amande, comme dans les années 50. Mais surtout pas de rouge que du rose corail doux ou du nude. Vous vous sentez, vous d'avoir des ongles de tigresse ou de femme fatale digne d'un Mad Men?

(503 de Chanel et Hawaïan Orchid de OPI)

P.S. 1: Excellent l'Officiel avec Tavi en couv' pour les 90 ans du mag' non?

P.S. 2: Merci Stéphanie!

Commentaires 31

vendredi, avril 15 2011

La culotte mania


Coralie, 32 ans, est tellement fière de sa culotte Dément qu'elle la porte juste comme ça à la maison. (Merci Isabelle pour cette si jolie découverte!)

Marjorie, 22 ans, n'y va pas avec le dos de la cuillère. Elle a craqué pour le modèle Black Swan de Strumpet & Pink. La marque qui affole tout Londres et qui ne fait que des culottes. Ça lui a coûté un bras cette histoire.

Marguerite-Marie, 17 ans a foncé sur la  boite à culottes d'Etam. Une collection, que de culottes, en édition limitée, produite à peu d'exemplaires, dans toutes les formes, tous les imprimés... et à prix doux. Pour l'instant que à Paris et à Lille, hélas.

Stella Mc Cartney en propose également, dans de jolies boites vendues par 7 (celle du lundi, du mardi...). 

Bref, c'est la culotte mania.

En vacances dès ce soir, je m'envole outre Atlantique arpenter la 5th avenue et vous retrouverai pour de nouvelles aventures la semaine prochaine!

Commentaires 38

mardi, mars 29 2011

La mode des flingues

_pistolet_1_2eme_copie.jpg

Elle est arrivée sournoisement cette mode des flingues. Et au début, plutôt dans un esprit James bond girls. Désormais, les armes à feu sont légion dans la mode, c'est tout juste si on ne va pas les retrouver sur un imprimé Liberty. 

Le blog JJJJound est à ce titre emblématique tant, telles un leitmotiv obsédant, les images de M16 ou de Smith & Wesson rythment le fil des billets. Néanmoins une mise en garde au lecteur avertissait que "des images pouvaient choquer" . Depuis peu, je ne la vois plus. Est-ce mon serveur qui a enregistré l'accès ou la mise en garde de Blogspot a vraiment disparue, devant la banalité du fait?

Ici, librement inspiré de la magnifique couv' de VELVET (stylisme Laura Bianchi), j'ai juste rajouté le pistolet "air soft" de mon fils. Ainsi cela nous fait une James Bond girl parfaite. Tshirt et short MAXMARA.

Les armes à feu conquièrent le domaine du luxe. Ainsi, Nicolas et Gabriel des Rhabilleurs, avec la complicité de Pierre-Jean ont, pour la présentation de la montre Airboss Mach 8 de VICTORINOX tout naturellement joint un pistolet à la nature morte.

Graziella, 26 ans, n'y va pas de main morte. Ce qui est intéressant, c'est qu'elle n'a même pas réalisé qu'elle pouvait choquer sa grand-mère. Elle trouve normal d'avoir une kalashnikov en lampe dans sa chambre.

Merveilleux Tshirt peint à la main de Natalie Silva, artiste d'origine italienne installée à Los Angeles. Collection en vente exclusivement à la boutique Jackie à Vintimille. Diadème pour enfant, Chocolat show. Collant DIM. Culotte Petit Bateau. Lampe Gun de STARCK.

Il va falloir s'y faire: les filles cool sont maintenant armées.

Commentaires 42

- page 1 de 3