le blog illustre

AGÉES et SUPERBES


vendredi, septembre 25 2009

60 ans ! (suite et fin)


Marie-Laure a longtemps ressemblé à "la maman des triplés", ayant été élevée chez les soeurs, au sein d'une famille ancienne,  longtemps argentée et au patrimoine amoindri où subsistent encore, Dieu merci, quelques belles pièces d'argenterie. 

Rien ne prédestinait donc Marie-Laure à s'intéresser à la mode tant les codes vestimentaires dans son milieu sont précis. et tant jusqu'à récemment les femmes vieillissaient vêtues comme elles l'avaient toujours été: avec un twin-set au cardigan sur les épaules, une jupe droite et un collier de perles.

Mais comme tout a une fin, et que aujourd'hui la plupart des filles de 60 ans n'ont pas envie de ressembler à Simone Weill, certaines comme marie-Laure s'inspirent de la mode pour se forger une allure... cool.

Marie- Laure ( 67 ans, 1m67, T.42) ne rate jamais le spécial mode de ELLE et Madame Figaro. Cette année, elle a rajouté Grazia où la description de la tendance "tradi-branché" l'a interpellé. Donc, cet hiver, elle ambitionne d'avoir une allure Prada en portant une veste en gros lainage de Massimo Dutti avec une ceinture d'homme et avec son jean droit, un Cerruti qu'elle portera avec audace avec ses penny loafer jean-Claude Monderer achetés en 94 et qui ne sont même pas abîmés. Elle garde son sac Massimo Dutti de l'année dernière. 

L'attitude de Marie-Laure est à considérer avec intérêt. En général, on ne revient pas en arrière. Les femmes de 40 ans cette année renâclent à porter les épaulettes qu'elles ont portées en 80. L'idée de ressusciter Joan Collins-devenue-ringarde-en-90 est tout à fait insupportable. Il va de même pour les vêtements que l'on a trop portés. Ainsi, plus d'une rejette en masse le penny loafer, souvent associé à des souvenirs d'une adolescence difficile et boutonneuse.

On peut donc considérer que les femmes qui ont dépassé 40 ans, rejettent les modes "revival" instaurées depuis les années 70. Mais si, comme dans le cas de Marie-Laure, on en a gardé un bon souvenir, il faut être prudent:

Jamais de vintage. Toujours du neuf "à la manière de". Les épaulettes Balmain sont totalement différentes de celles des 80'.  On aura résolument l'air moderne avec. Une veste chinée aux méga épaules sera charmante sur une fille de 20 ans mais sur une fille plus âgée pourrait faire penser qu'elle n'a pas changé de look depuis 20 ans. 

Car ce qui fait mamie, c'est aussi l'effet "arrêt sur image". Où certaines femmes se figent dans un style vestimentaire bien précis. À éviter donc.

Pour en revenir à Marie-Laure, l'été, elle mélange les codes bourgeois:

Une jupe droite, type Cyrillus, une chemise imprimée graphique 70' pas vintage (achetée en Italie, une marque inconnue au bataillon), des sandalettes classiques qui ne font pas mal aux pieds.

Pour moderniser tout ça: elle porte sa chemise cool. C'est à dire par dessus sa jupe avec un ceinturon. La ceinture est signée Hermès. Une pochette en paille de Bali. Le collier de perles (qui est tradi-branché sur les jeunes et donc super cool) transformerait n'importe quelle fille qui a dépassé 50 ans en "vieille bourge". Instinctivement, Marie-Laure l'a offert à sa belle-fille pour la naissance de son premier petit-enfant et, finaude, s'est rabattue sur une perle unique portée en sautoir. 

Ainsi, Marie-Laure réussit à faire jeune et dynamique. Elle, qui se verrait en Hermès ou en Tod's, en se rabattant sur Cyrillus et Massimo Dutti arrive toujours à faire genre.

Jacqueline est une petite femme mince aux cheveux gris toujours très courts. (63 ans, 1m56, t. 38) Elle est vigneronne dans le Gers, adjointe au maire de sa petite ville et... écolo.

Elle nous démontre que l'on peut être "mode" tout en vivant dans un monde rural. Car Jacqueline est une femme qui a toujours eu le sens de la modernité. Elle choisit ses vêtements pour leur coté pratique avant tout mais impressionne par sa réactivité en matière de mode et sa relative dextérité à se trouver les bons vêtements (habitant dans une ville où les 2 boutiques les plus influentes sont "Bergère de France" et "Damart"). 

Ainsi, l'été, elle porte des robes de type monacal aux tons grisés( Monoprix). Dont elle sait que l'inspiration vient de Marni très proche de Sybilla, une marque qu'elle affectionnait sans toutefois pouvoir se l'offrir. (comme vous le voyez, elle lit la presse mode également). Elle porte aussi beaucoup de vêtements utilitaires (de type pêche/chasse) qu'elle peut facilement se procurer. Elle les féminise avec des colliers, ici un gros collier fantaisie que sa fille (pas la dernière en mode également) lui a ramené de St Jean de Luz. Comme elle est très sensible à l'écologie (un amoureux allemand en 68 y est pour beaucoup), elle a tout de suite remarqué le nombre croissant de marques "éco-friendly". Ainsi, elle porte fièrement un sac de la jeune marque française Welcome to Mupp, repérée sur le net (Elle fait partie des pionniers du net de son département) et ose des veja (encore une marque "jeune" qui ne fait pas ridicule sur une personne plus âgée).

L'hiver, elle porte des valeurs sûres. Toujours des jeans droits, toujours Wrangler ou Lévi's. Elle se souvient dans les années 70 des expéditions à Toulouse avec son mari (à l'époque chevelu et barbu) pour trouver un jean "américain avec une braguette à boutons".  Elle tricote beaucoup et se fait des écharpes géantes inspirées des écharpes des collèges américains. Et a toujours des "classiques" aux pieds (Clark's, Converses... qu'elle était ravie de retrouver il y a quelques années à La Redoute). La modernité résulte ici de la mesure: un seul accessoire (géant) qui vient réveiller un look passe partout et du fait que Jacqueline tienne compte des marques, celles qui ont une histoire, un savoir-faire, ce qui est plutôt une posture de plus jeunes, les plus âgés n'accordant pas d'importance à ce genre de détails car le plus souvent, hélas, c'est le prix qui détermine le choix.

Edit: Dans son mail, Anne-Marie me faisait remarquer que ce type de sujet était rarement traité dans la presse. Il y a cependant quelques magazines dans lesquels une femme de 60 ans peut trouver un écho: Le VOGUE USA dont le "age issue" qui revient périodiquement est souvent excellent, HARPER'S BAZAAR USA également présente une mode "mature" et en France nous avons l'excellent FEMMES qui ne le disant pas tout haut s'adresse à un lectorat plutôt proche de 40 ans que de 20 ans. On peut trouver dans leur pages shopping, des idées de vêtements parfaits pour des femmes de 60 ans. 

Sur le net, The Sartorialist nous montre bien souvent des élégantes senior, sinon je vous conseille une fois de plus de vous délecter du blog "advanced style" qui ne montrant que des personnes âgées chic est bourré de joie de vivre.

2ème edit: pour les retardataires qui ne sont pas encore allées chez Sarah, courez-y vite ! Notre belle Suissesse a plein de lots 100% Suisse pour son blogversaire!!! Et pour celles et ceux qui ne la connaissent pas encore, foncez! Le blog de Sarah au chic naturel et à l'humour tonitruant, j'en raffole! 

Commentaires 29

vendredi, septembre 18 2009

60 ans ! (II)

Il fut un temps où Solange était une bombe. Pionnière des seins nus à St Tropez, contestataire dans les amphis, choriste de Polnareff... À la suite d'un mariage bourgeois, elle ouvrit un magasin d'antiquités dans un quartier chic de Paris, devint une de ces femmes élégantes de la rive gauche, eut deux enfants et divorça sur le tard.. 

Nous la retrouvons en 2009, à 65 ans, toujours élégante "et pourtant, me dit-elle, je reviens de loin..." C'est qu'une épreuve cruelle attend la majorité des femmes qui ont dépassé la cinquantaine: la prise de poids. C'est ce qui arriva à notre Solange qui en prenant gentiment un kilo tous les ans, puis traversant une zone de turbulances hormonales, se rendit compte un jour, qu'elle devenait une mémère. Une période de déprime suivit et Solange resta bien deux années en s'habillant avec ce qui lui tombait sous la main. La vision d'une femme ronde et élégante dans la rue fut un électrochoc et elle décida alors de faire face à l'adversité.

Elle redevint élégante et surtout, elle ne fit pas mamie. Car Solange a une technique. 

Le choix des couleurs: Solange fait des associations de couleurs modernes. elle mélange par exemple le marine et le noir, ce qui peut paraître évident pour beaucoup mais qui pour les filles de sa génération, est assez novateur. Elle associe le marron et le marine, le jaune citron et le camel...

Les pièces clefs de la saison. Solange lit attentivement la presse et regarde la rue. Elle choisit parmi les "best sellers" du moment ce qu'elle peut s'approprier. Ce qui est bien quand on a 60 ans, c'est qu'on n'est pas obligé de sauter tout de suite sur la tendance, on prend son temps, on observe et quand on voit que c'est une tendance qui s'installe et qui peut fonctionner sur une femme âgée, on fonce. 

Elle n'hésite pas à franchir le seuil des boutiques de luxe. Aujourd'hui, une quadra et une trentenaire basique peuvent claquer pour un sac de luxe si elle le veulent et le porter avec du "pas cher". C'est assez récent comme démarche. Car les femmes plus âgées sont souvent intimidées par le luxe même si elles en ont les moyens.

Les lunettes: jamais sur le bout du nez avec des chaînes. Il n'y a pas pire pour faire mamie. Pour remplacer la chaîne, une sorte de collier porte-lunettes en vente chez beaucoup d'opticiens à tous les prix. Celui-ci fait 30€. Jamais de monture dorée. Chez les femmes plus âgées, le spectre du vieux, c'était les lunettes en écaille. Aujourd'hui, c'est le contraire. À cause d'un malentendu commercial qui promulgua que le doré faisait chic, les opticiens se sont jeté dessus. Qu'on se le dise: les lunettes dorées, ça fait mamie un point c'est tout. Ici, les lunettes sont des merveilles de JF REY en vente chez les lunetiers Delambre.

Ainsi, elle fait sa fière avec un pull "loose" en maille transparente (Dries Van Noten en solde), un collier Roger Vivier offert par ses enfants pour son anniversaire (elle le leur avait suggéré bien évidemment), une jupe droite (Jodhpur des Galeries Lafayette), les nouveaux mocassins de Repetto, deux bracelets exquis d' Apriati et un sac Pierre Hardy, dont elle a choisit le modèle cabas plutôt que le modèle à bandoulière qui pointu chez une jeune peut faire mamie chez une femme mature. 

L'été, elle aime les robes porte-feuille, très féminines unies ou à motifs graphiques, elle évite les fleurs. Son plus: les sandales particulières, ici un modèle UGG en peau retournée!. Notez sa montre. Une SUIW 400 de Swatch blanche. 

Ses cheveux sont blancs neige. Elle est ravie, elle a l'impression d'être platine, elle qui a toujours été châtain.

(robe Comptoir des Cotoniers, marinière Armor Lux, cabas trouvé (ô joie) en solde chez le Fenwick de Canterbury)

Il y a les femmes qui font de la gym et qui pèsent leurs aliments, il y a celles qui, avec la mode, ont jeté l'éponge et il y a celles qui promènent leurs bourrelets avec élégance. Françoise est de celles-là.

C'est une petite femme qui a toujours été ronde et souriante. À 61 ans, elle est un modèle d'élégance et de discernement en matière de mode. Et pourtant, rien ne prédestinait Françoise à être top fashion.. Mariée à un ancien trotskiste qui regardait les filles qui suivaient la mode d'un air haineux, baba cool dans les années 75/ 85, Françoise aussi revient de loin.. de plus... elle a fait toute sa carrière aux impôts dans une petite ville de province.

Alors que l'on imagine une inspectrice des impôts aussi triste que le mobilier en métal gris qui orne son bureau, force est de constater que plus d'une, en matière de mode, et de joie de vivre, en a sous le capot.  

Françoise instinctivement choisit les pièces qui font jeune sans faire ridicule ou vieille gamine. Ainsi, cet hiver elle a voulu avoir un blouson de cuir ( oh! vous dîtes-vous, quelle audace!) Elle l'a choisit noir (tendance), riquiqui aux emmanchures (re tendance) et elle l'a pris chez Caroll. Ainsi: forme classique + cuir noir = parfait pour 60 ans. Elle le porte sur un maxi pull (Monoprix), à col roulé pour cacher son double menton. Elle joue sur les contrastes de longueurs, chose qui n'est pas forcément comprise chez les femmes plus âgées. Le tout est porté effrontément sur le fameux jean de Comptoir des Cotonniers, (leur best seller d'il y a 4 ans?) qu'elle a acheté à La Redoute alors. Elle le porte retroussé sur des bottes Géox. L'été, elle a beaucoup porté de jeans retroussés à mi-mollet, ce qui faisait une belle alternative senior au short en jean à revers porté par les (beaucoup) plus jeunes. Elle est toute fière de posséder LE sac Weill crée par Mademoiselle  Agnès. (C'est sa fille qui l'a repéré dans la presse et offert).

L'été, elle porte des robes amples, comme ici, une robe-chemise qu'elle porte sans ceinture, pour faire plus cool et pas mamie. Elle privilégie les cols de chemise qui sont flatteurs aux filles qui ont injustement une "bosse de bison". Elle a craqué pour ces tropéziennes et porte un de ces cabas trouvés en Italie, pas chers et qui ont une gueule folle. L'accessoire ultime, c'est son écharpe. Ah! Quel accessoire fantastique! Il cache les doubles mentons et cous fripés divers et cache en retombant les bourrelets et poitrines omniprésentes (que vous pouvez deviner sur le pointillé du dessin). Fasse le ciel que cette mode dure longtemps. C'est le cas typique de l'accessoire mode qui va de 7 à 77 ans.

Ainsi, Françoise en associant le rose (classique) au kaki militaire (pas classique) devient une sexagénaire irradiante de coolitude... La couleur de ses cheveux, parsemés de quelques cheveux blancs, est d'origine.

(à suivre) 

Commentaires 44

vendredi, septembre 11 2009

60 ans !

J'ai reçu récemment un mail d'une de mes lectrices, Anne-Marie, me demandant si je pouvais me pencher sur la mode des femmes de la soixantaine. J'ai sauté sur l'occasion. C'est un sujet magnifique (mais difficile) que je n'osais évoquer de peur de n'intéresser personne.

En effet, Anne-Marie et ses amies s'interrogent sur la difficulté de ne faire "ni mémé ni vieille gamine". 

C'est que les filles qui ont 60 ans aujourd'hui sont des filles qui avaient 20 ans à la fin des années 60. Les mêmes qui ont porté pantalon patte d'eph', T-shirt à slogans politiques, bottes à franges... Les mêmes qui ont affiché leur indépendance financière et sentimentale et qui n'ont pas envie en se rangeant derrière un look de dame de ressembler à leur mère.

Plutôt que d'établir une longue liste de  "do" et de "don't" fastidieuse et qui ne rimerait à pas grand chose tant l'allure d'un vêtement varie d'une fille à l'autre et tant il est difficile de ne pas faire abstraction de l'influence des milieux sociaux et culturels, je vous présente donc une belle galerie de filles qui en matière de mode et de style ont leur mot à dire.

Et j'espère que vous trouverez ainsi, chère Anne-Marie, la réponse à vos questions. 

NB: Tous les modèles présentés sont garantis sans botox ni chirurgie esthétique (sinon, c'est de la triche)

Commençons par deux expertes qui ont fait partie, dès la fin des années 70 du cercle alors restreint des "branchées".


Laurence, 62 ans travaille encore dans la mode où son avis, parfois cinglant fait jurisprudence. Elle est de taille standard (1m65) et est passé gentiment du 36 à 17 ans à un bon 42 aujourd'hui. Elle a établi une fois pour toute que le noir était son allié. (comme vous me le disiez Anne-Marie, on ne peut échapper à l'écueil du pantalon noir). Sachant depuis longtemps ce qui lui va, et ne voulant pas s'embêter avec des essais hasardeux, elle décline la même base de vêtements qu'elle update avec les "accessoires du moment". Ce sont eux qui vont rajeunir ses tenues qui sont plutôt passe partout. N'aimant pas la mode facile, elle plébiscite des créateurs exigeants dont elle peut s'offrir une pièce par saison. Néanmoins, la base de sa garde robe est accessible financièrement parlant puisque comme tout le monde elle va chez ZARA, H&M, La Redoute, Promod, Briefing des Galeries Lafayette, Etam... pour les marques les plus abordables. Elle évite comme la peste les enseignes censées s'adresser aux femmes de son âge.

L'été elle s'aime en tuniques sobres dans un esprit hippie ultra chic. Pour ce faire, elle s'est amusée à créer elle-même ses t-shirt (sur les conseils de son fils) sur le site TRENDY WORKSHOP . Elle a décliné la même forme et la même encolure en différents coloris. Ici noir avec les coudières marine, elle l'a réalisé également en blanc et lavande qu'elle porte avec des pantalons de la même couleur. Elle accessoirise le tout de bijoux ethniques spectaculaires ou comme ici avec juste un lien de cuir  qu'elle a confectionné elle-même. Fidèle au style de Jane Birkin, elle porte un panier de marché qu'elle a doublé de coton noir pour faire plus chic mais simple.

L'hiver, elle préfère les cols roulés qui masquent son cou qu'elle trouve fort et ratatiné et porte sans risques des jupes noires droites avec des bottes plates et cavalières. Elle affectionne sans surprise les trench-coat et les manteaux ceinturés. Elle possède également une doudoune sans manches vert olive qui va divinement avec ses cheveux gris et avec le noir.

Ses accessoires sont choisis parmi les accessoires du moment sur des critères de sélection déterminés: pas bling bling, pas sexy, pas d'idées faciles ou cheap....   Les solaires sont des Way Farer, évidemment modernes, elle ne choisira jamais en revanche une paire plus over size "à la people" ni non plus une paire sans style et sans histoire. Sa coupe de cheveux est moderne: un carré court et dégradé qui lui permet d'avoir l'aspect décoiffé, une tendance forte et complètement adaptable à une sexagénaire. Pas de teinture, elle regrette juste de les avoir gris plutôt que blanc.

(pull Benetton, pantalon Marni, manchette en fausse écaille Agatha, sac Jamin Puech, chaussures Michel PERRY, collier Kara Ross, tunique en coton Trendy Worshop, pantalon en lin Oviesse, sandales Donna Karan)

Nicole 61 ans est elle beaucoup plus attachée à un style. Ayant toujours baigné dans un milieu d'artiste, bien qu'elle ait un job administratif, elle en a la posture et a décidé d'avoir un style (un peu caricatural pour certain), qui est  "l'uniforme" de la branchée, mais qui vaut de l'or massif. Je m'explique. Elle le portait (avec des variantes imperceptibles pour un oeil non initié) dans les années 80, puis dans les années 90. Elle peut continuer comme ça jusqu'à ses 90 ans, elle aura ainsi toujours la considération des rédactrices de mode, un accueil souriant dans les boutiques de créateurs et l'assurance de ne pas faire mamie. C'est un uniforme qui peut être porté de 20 à 90 ans sans problèmes. Il faut préciser que Nicole a l'avantage d'être plutôt grande et longiligne et n'a jamais connu de variations de poids.

C'est finalement un look de paresseuse: toujours un costume noir avec (au choix) un T-shirt Petit Bateau, une marinière ou une chemise sans fioritures et de préférence blanche. Elle avait des marques fétiches dans les années 80: Agnès b, Claudie Pierlot, Equipment...  Aujourd'hui elle va un peu partout et semble considérer avec indifférence le shopping. Ceci dit, mine de rien, elle a tout de suite repéré les "clarks" à talons de Mellow Yellow. L'hiver, elle se permet des "extra" de couleurs (mais des teintes sourdes) et ose aussi un pantalon en laine trop court dans un registre "shabby chic"* un peu anglo saxon. Elle a gardé ses cheveux mi-longs, qu'elle a eu précocement gris et qu'elle porte toujours attachés en queue de cheval ou en petit chignon. Il est bien admis aujourd'hui qu'une femme, passé un certain âge, peut garder ses cheveux longs.

Son allure d'intello au chic fatigué laisse bien entendu perplexe ses collègues de bureau où son élégance ne trouve pas d'échos. Avec un dédain propre aux gens qui savent, pour Nicole, son style n'admet pas de discussions. 

(pardessus trouvé en Italie, pull en shetland  et écharpe en cachemire qu'elle achète toujours à la Boutique irlandaise, vieux pantalon siglé Etro trouvé dans un dépôt vente, sac en cuir patiné Cotélac et chaussures Mellow Yellow, costume Best de La Redoute, marinière Armor Lux et converses blanches exclusivement)

( À suivre avec  Solange, pionnière des seins nus à St Tropez en 69, Marie-Laure qui réussit à faire plus jeune aujourd'hui qu'il y a 25 ans où elle ressemblait à Valérie Lemercier dans "Palace", Françoise inspectrice des impôts à la retraite et  Jacqueline adjointe du maire d'un village du Gers !! Le problème des couleurs sera abordé, et surtout celui de l'embonpoint! Stay tuned !!

* chic usé 

Édit: j'ai le sentiment de ne pas avoir bien présenté Trendy Workshop, trouvant mon texte déjà fort long. Or la rentrée a été riche en événements sur la blogo: James et Christian qui ont fait un super boulot avec la dernière campagne de la marque Le Mont Saint Michel, Garance et ses t-shirts fantastiques pour Gap (tellement qu'ils sont beaux, tellement que ça m'excite), Olivia à Paris qui, trop forte, a réalisé un pull pour Kookaï, c'est au tour du beau Kaoliang (le fils donc de Madame plus haut) de réaliser la campagne de Trendy Worshop. Une très belle campagne pour un concept de pulls que je vous recommande d'aller voir !

Commentaires 70

mardi, janvier 6 2009

Forever young

minnetonkas_copie.jpg

Vu au Bon Marché, une femme élégante, à fort pouvoir d'achat et au chic très parisien. Elle n'avait que des basiques aux tons monochromes: un manteau de type Maxmara, un pull col V chiné gris clair, un jean droit blanc et.... des minnetonkas. Et c'est avec ce détail que précisément cette femme devient intéressante. Car elle devait avoir largement dépassé 55 ans. Elle avait le visage sévère de celles qui étaient scolarisées à La Légion d'Honneur ou au Pensionnat des Oiseaux, avant 1968. Pas du tout le genre de filles qui épie les moindres gestes de Kate Moss. Si vous voyez ce que je veux dire.

J'ai toujours éprouvé la plus grande méfiance vis à vis des accessoires "ethniques" ou "rigolos", et la minnetonka dès ses débuts sur Kate Moss m'a semblé être un objet de plus, à rajouter à la longue liste des accessoires dangereux pour toute fille élégante. 

Ici, cette fille, avec sa tenue appropriée à son âge et son milieu socio-culturel a trouvé l'équilibre parfait en ajoutant une touche de modernité. Juste ce qu'il faut pour montrer qu'elle vit avec son temps. Ainsi elle rajeunit considérablement... Me paraît-il. D'une façon largement plus sereine que si elle avait utilisé du botox... Qu'en pensez-vous?

P.S. pour mes lectrices senior ou pour celles qui comme moi ambitionnent de devenir un jour une belle vieille dame sans avoir recours à la chirurgie esthétique, je vous invite à découvrir ce blog fantastique, sorte de "Sartorialist des vieux": Advanced Style.

2ème P.S. Minnor, si tu me lis, sache que j'ai changé d'avis à propos des minnetonkas... 

 

Commentaires 27